Musique : A bâtons rompus avec Sylama, artiste-chanteuse Franco-Italienne

« Je suis blanche de peau mais africaine dans l’âme »

D’origine Franco-italienne, Sylama est à n’en point douter la seule artiste européenne qui régale plus d’un par l’ambiance festive que communique sa musique totalement africaine. Cette bête de scène porte l’Afrique au plus profond d’elle depuis plusieurs décennies au cours desquelles elle a côtoyé de grandes figures de la musique, dont notamment l’ivoirien Masta Famedji Koto Diawo. Pour vous, Africulturelle a rencontré l’auteure de l’album (Didja), résolument tourné vers l’Afrique. Avec Sylama, le voyage musical est confortable, animé et surtout basé sur une communication instantanée et festive, mêlant la musique, le chant et la danse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Africulturelle : Sylama, vous faites de la musique africaine, mais vous êtes peu connue sur le continent. Qu’aimeriez-vous qu’on retienne de votre carte d’identité artistique ?

Je suis d’origine Franco-italienne. J’ai beaucoup d’énergie sur scène. Comme originalité c’est qu’on peut également retenir que je chante en Dioula, une langue qui a beaucoup voyagé en Afrique et est surtout parlée en Côte d’Ivoire.

Comment peut-on comprendre qu’une artiste européenne réussisse à chanter aussi bien dans des langues africaines ?

Dans mon cursus d’artiste j’ai commencé par faire des recherches sur la musique et la danse berbères et j’ai eu envie de descendre plus loin, notamment en Afrique subsaharienne (Côte d’Ivoire, au Sénégal, en République centrafricaine, pour ne citer que ces pays). J’ai travaillé beaucoup le chant et la danse africaine il y a plus d’une vingtaine d’années de cela. A mon retour de Côte d’Ivoire, j’ai rencontré Robi Famedji-Koto Diawo qui avait un groupe nommé Koliti qui fait du « Afro banlieue musique ». J’ai travaillé avec lui en tant que choriste. A son décès j’ai repris le groupe afin de perpétuer son œuvre.

Cette aventure porte d’ailleurs aujourd’hui un fruit. « Didja » en effet est un album éclectique dans lequel vous chantez si bien en langues africaines. Cela suffit-il pour plaire aux africains ? Qu’en est-il des autres albums et rythmes que vous proposez ?

Il y a eu d’abord avec le groupe un album hommage à Masta Famedji Koto. Ensuite j’ai sorti mon premier album « Djidja » et il y a un second qui va suivre d’ici là. Parlant de rythmes, je dirai que cet album est un voyage à travers l’Afrique. Chaque chanson est très différente car elle puise son origine dans un rythme, une danse d’un pays d’Afrique. Donc il y a le Togo, le Bénin, la Côte d’Ivoire, et bien d’autres pays. C’est très diversifié.

Que pourrait-on retenir par rapport aux thématiques abordées dans les différents titres de ce disque ?

D’abord le titre éponyme « Didja » désigne la fête des ignames, c’est un hommage aux grand-mères, aux « Nanas » comme on les appelle communément en langue Mina parlée au Togo et au Bénin. C’est une musique très festive. « Masta Famedji Koto », c’est un hommage que j’ai écrit à Famedji. « Open your eyes » pour dire que c’est lorsque vous avez des problèmes que vous voyez vos vrais amis. « Gnaoua », c’est une fête avec les gnaouis. « Coming to Nigeria », c’est un afrobeat en hommage à Fela Anikulapo Kuti, une sorte de conte pour faire plaisir à tout le monde. « A Mandela » est un hommage à Nelson Mandela. Dans « Faso i love », c’est un immigré qui est de retour au pays et qui raconte comme ça se passe en banlieue. C’est le Burkina Faso, un pays frère qui célébré. C’est un album qui compte dix titres au total.

Vous êtes blanche de peau certes, mais vous débordez d’amour et de passion pour l’Afrique. Qu’est-ce qui vous a notamment fasciné dans la culture africaine ?

C’est une très bonne question. Déjà dans ma formation de danseuse j’étais très attirée par l’Afrique, ses danses et musiques. Ensuite, la recherche sur la musique et la danse berbères m’a vraiment donné cette direction, mais j’étais frustrée au niveau de la gestuelle. Quand j’ai fait des voyages d’étude en Afrique je me suis aperçue qu’elle est immensément riche et magnifique. Je ne pourrai vous en dire plus, mais je me suis sentie tellement attirée. Pour moi, je n’ai pas de différence de peau, je suis totalement imprégnée et c’est ça qui compte.

Revenant à « Didja », pourrait-on dire que Sylama est guidée par pure exotisme en faisant ce disque ? Sinon, quels sont les objectifs d’une telle aventure musicale qui se veut d’ailleurs un véritable cocktail des rythmes d’Afrique ?

D’abord, il fallait continuer le projet existant d’un Africain, en occurrence Masta Famedji Koto Diawo qui voulait même monter un village artistique pour les enfants. Mais également, il s’agit de faire découvrir l’Afrique au public, de la faire voyager, en promouvant ses richesses, de ne pas rester cantonnée dans un rythme ou un pays. C’est donc une musique de recherche que je propose.

L’album « Didja » est prêt depuis. Mais avez-vous pensé à une stratégie pour le porter à la connaissance d’un grand nombre d’africains ?

Je dois avouer que cela touche beaucoup d’africains de voir une européenne chanter dans leurs langues et danser sur leurs rythmes. Quant à la stratégie de promotion j’ai pris des attaches ici au Maroc, avec la structure HKH, pour un certain nombre d’actions concrètes afin justement, de porter le plus loin possible cette production.

Propos recueillis par Cir-Raoul HOUNGBEDJI

Publicités

Catégories :ARTS SCENIQUES, MUSIQUE

Tagué:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
Follow @friCulturelle on WordPress.com

Mes Tweets

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :