Arts : ‘’Lien’’, écho de la biennale de Dakar à Paris

C’est à compter de ce 15 Mai 2018 que cinq artistes de nationalité burkinabè, malienne, française et sénégalaise vont partager les murs de la D Galerie autour du lien qui unit territoires et individus. Mouvante comme l’est son sujet, cette manifestation va évoluer au fil des jours pour intégrer d’autres œuvres d’art africain contemporain, confiées pour la majeure partie d’entre elles par la collectionneuse Marie Laure Croiziers de Lacvivier nous dit le communiqué reçu par la rédaction d’Africulturelle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pascale Fournier qui a présenté une série de photo dans le Off dakarois Présences en 2016 de Domitille BERTRAND, sous le haut parrainage d’Ousseynou Wade, Kalidou Kassé et Massamba Mbaye, compte dévoiler un ensemble de sculptures en porcelaine, tableau vivant des interactions sociales. Son travail va résonner avec l’installation sonore et immersive de Francis Wargnier sur le thème de la ville et de ses mutations. Hyacinthe Ouattara va exposer des dessins et peintures où, portraits et maillages de lignes agitées, forment un tout expressif. Babacar Mbaye Diouf compte proposer lui, un voyage minutieux dans la trame que tissent les foules, à travers plusieurs toiles dans lesquelles l’individu est l’alphabet. Ibrahim Ballo  va partager un travail cousu et peint aux couleurs tranchées et vibrantes, portant sur le lien de filiation.

Réunis le temps d’une exposition, ces cinq artistes vont constituer une proposition artistique sur le lien qui unit et distend, sur le lieu qui rassemble et transforme, entre territoires imagés et groupes liés, entre mutation et transfiguration.

Lien invite à un écho, celui d’une biennale, celle de Dakar qui résonne à l’international.

Pour rappel, « L’heure rouge » est le thème choisi par Simon Njami, Directeur artistique de la 13ème Biennale de Dakar qui réunit artistes, amateurs d’art et collectionneurs, pendant un mois autour de l’art africain contemporain. « C’est l’âge de raison. C’est l’heure de la métamorphose et de la transformation, la voie d’une ère nouvelle où l’individu repense son rapport à autrui, et réarticule sa présence au monde ».  En écho à ce thème extrait de l’ouvrage Et les chiens se taisaient d’Aimé Césaire, la D Galerie va inaugurer à Paris ce 15 mai Lien, une exposition collective et évolutive.

La D Galerie a inauguré sa première exposition le 20 Mars 2018 dans sa résidence de 75 mètre carrés, au cœur du 19e arrondissement de Paris, à deux pas du Canal Saint Martin. La jeune galeriste, Domitille BERTRAND à l’envie de défendre les artistes de demain sans distinction d’âge ou de pratique artistique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
Follow @friCulturelle on WordPress.com

Mes Tweets

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :