Musique : Touré Kunda fête ses 40 ans avec Lambi Golo

Ismaïla Toure et Sixu Tidiane Toure reviennent au-devant de la scène avec Lambi Golo un album produit par Soul Beats records. La sortie est prévue le 25 Mai 2018. Un release party est prévu la veille au New morning, à Paris, en France.

 https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Ftourekundaoff%2Fvideos%2F10156256401609084%2F&show_text=1&width=560

Toujours sur leur page facebook, ils ont annoncé quelques dates pour cette été 2018 :

▶️ 24 Mai : New Morning (Paris)
▶️ 3 Juin : Musiques Métisses (Angoulême)
▶️ 4 Aout : Reggae Sun Ska (domaine de Nodris Médoc)

Touré Kunda sera également à l’affiche du Festival des Cultures Africaines (Africajarc) dont la 20e édition est prévue du 19 au Juillet à Cahors selon La Dépêche. Hommage et reconnaissance aux artistes du début, ceux de la première année du festival, avec les Touré Kunda qui célébreront leurs 40 ans de carrière, et que l’on retrouvera le samedi soir sur la grande scène. « Ce concert sera très symbolique, d’autant qu’ils reprennent leur tournée et sortent un nouvel album. Leur musique est un bonheur absolu », témoigne la coprésidente d’Africajarc.
En savoir plus sur ce lien

carjac

Considéré comme des pionniers des musiques africaines en France à la fin des années 70, Les frères Touré Kunda sont tous simplement un des groupes clefs et essentiels de cette nouvelle France multiculturelle qui rayonne aujourd’hui bien au-delà de la musique selon RFI Musique.

Le groupe est formé des jumeaux Ismaïlia et Sixu Tidiane nés à Zinguinchor en 1949, à 22 jours d’intervalle selon la légende. C’est leur aîné Amadou, premier de la lignée de cordonniers à pratiquer la musique, qui les initie.

En 1975, Ismaël débarque le premier à Paris, en éclaireur de ses frères Amadou, Sixu et Ousmane vivant entre le Sénégal et la Mauritanie. Formé par sa mère à la confection de ses propres tambours, lancé dès son plus jeune âge dans l’animation musicale des mariages et des enterrements, marqué par le djambaadong, cette danse des feuilles pulsant le parcours initiatique des jeunes rentrant dans la vie d’adulte, Ismaël mène le parcours classique des frères immigrés venus tenter leur chance dans la capitale française : petits boulots et foyers, froidure et solitude, qui resurgiront ultérieurement dans certaines thématiques du groupe.

Marqué au pays par James Brown, Aretha Franklin, Nina Simone, celui qui est alors inscrit comme étudiant en anglais à la faculté de Vincennes élargit sa palette en écoutant Led Zeppelin comme Moustaki, Brassens autant que Creedence Clearwater. En 1976, après avoir composé des jingles publicitaires pour les magasins africains de la capitale, Ismaël rejoint via une petite annonce publiée dans le quotidien Libération un groupe aussi mythique que culte dans son métissage de sons rocks et afro : le West African Cosmos, au sein duquel démarre également Wasis Diop. Ce coup d’essai transculturel (l’album du groupe est aujourd’hui particulièrement recherché par les collectionneurs) commence à lui ouvrir les oreilles des maisons de disques (In Rfi MUSIQUE).

Le groupe Toure Kunda a un peu plus d’une quinzaine d’albums à son actif. Le premier est introuvable aujourd’hui. Il s’agit d’Ismaïla Do Sixux.  D’emma Africa en 1980 à Santhiaba en 2008, ils ont su fédérer un public divers d’Europe, d’Asie, d’Amérique et bien évidemment en Afrique le continent qui les a vus naitre.

Santhiaba est leur dernière production : album reflétant la diversité des sonorités à l’origine de leurs influences musicales. Ce nom, c’est celui du quartier où ils sont nés, entre Quartier Escale au nord, Leona et Kande à l’est, Boucotte Perissac et Soucou papaye au sud.

« C’est à Santhiaba que notre vie a commencé, nous y sommes nés et y avons grandi au milieu des Soninke, Mandingues, Diolas, Créoles Portugais, Peuhls et Wolof ; c’est aussi le lieu d’apprentissage de la musique, du théâtre et de la danse. Nous y avons surtout appris à vivre harmonieusement avec toutes les composantes dialectiques résultant de ce généreux brassage ethnique. Pour le concept de ce nouvel album intitulé Santhiaba, nous avons réuni le Brésil, l’accordéon Serbe, les fils du nord du Sénégal et la France, sans oublier la rythmique casamançaise. Le tout enregistré et mixé par le cubain Tymour Cardenas, réalisé par Samba Laobé N’Diaye. » (Wikipédia)

Publicités

Catégories :ARTS SCENIQUES, Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Publicités
Follow @friCulturelle on WordPress.com

Mes Tweets

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :