SKUNKDOG au Maroc pour CCCP

SKUNKDOG présente son projet de résidence à Jardin Rouge, de la fondation Montresso à partir du 12 février 2018. Le projet ‘’CCCP : Can’t crush crazy people’’ est le regard conscient et radical d’un artiste sur notre société.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

SKUNKDOG, David Negri à l’état civil est né en 1968. Il vit et travaille à Marseille. A Jardin Rouge, il intente un travail sculptural et une recherche vers la saturation de sa peinture.

La vocation artistique de Skunkdog commence tardivement avec des rencontres : le peintre Robelin qui lui donne sa chance en lui permettant d’exposer son travail, et ensuite Françoise Sifferein-Blanc qui lui décroche une exposition à New York à la Greenhouse où il y fera la rencontre de Jerry Froust. A New York, il suit une bohême littéraire et artistique qui sera son ADN.

Fragments d’une vie et d’un vécu, la peinture de Skunkdog fait l’éloge de la folie. Sur un ton joyeux et apparemment inoffensif, l’artiste combat les dogmatismes et les fanatismes de notre monde.

Son art est ancré dans la vie quotidienne, banale et populaire. Il est à l’image d’un homme qui inscrit sur la toile de manière répétitive «  Ils ont tué la peinture ». Skunkdog marque ainsi un acte inaugural d’une révolte esthétique et politique, contre l’ordre établi et le confort mou de nos sociétés. Ce qui caractérise l’Art Contemporain n’est plus selon lui la transgression, mais sa mise en conformité avec les règles du marché mondialisé et ses mécanismes. Son travail dénonce l’aliénation de l’humain dont l’existence est au service de la marchandise.

A Marrakech, Lors de ses résidences à Jardin Rouge, il compose durant plus d’une année son œuvre. L’échiquier devient son grand projet, son objet d’analyse…. Il y étrille l’emprise du transhumanisme. Son ensemble de dix sculptures complétées par une série de peintures et de dessins, décline des êtres, mi-humains et mi- robots. Ces exosquelettes sont les personnages allégoriques de la folie des hommes. Skunkdog présente un hommage aux fous, aux marginaux et autodidactes divers.

L’artiste s’adonne à la récupération, aux collages, à la peinture vinylique, aux markers pour cracher sa verve. Skunkdog ne s’inscrit pas dans la nostalgie mais dans une immédiateté de la représentation. Il s’agit pour lui d’être efficace, de lier le contenu à la forme dans une gestuelle spontanée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow @friCulturelle on WordPress.com

Mes Tweets

%d blogueurs aiment cette page :