Littérature : Serment de Médecin de Moustapha DIOP vu par Amadou Moustapha DIENG

Serment de Médecin est un roman signé Moustapha Diop. Il est publié par les éditions l’Harmattan Sénégal. La séance de présentation est prévue ce 03 Février 2018 à la Salle Amady Aly Dieng de la maison d’édition. En attendant Amadou Moustapha Dieng, journaliste, poète surnommé  »Lyrisme ambiant » nous fait la critique.

27650560_10155951456898376_1756475847_o

Un lecteur  qui manque de témérité  hésitera  à  aller à  l’assaut des 236 pages du serment d’un médecin. Un livre pourtant facile à lire mais dont le volume peut décourager plus d’un. Pourtant l’auteur, une plume fine et suave,  nous introduit comme dans un rêve dans son récit qui chaloupe entre les terres mouvantes des  amours et les vagues  sauvages  du choix

Yamar, ce  jeune médecin qui accepte de s’engager avec une ONG pour un poste très déshérité en témoigne le nom du village  « Weet » délibérément choisi par l’auteur et qui signifie en langue walaf   endroit désertique et  solitaire.   Un premier choix déjà qui indique que la notion du choix est omniprésent dans le récit et qui dit choisir  induit le refus  l’autre option d’où  l’arbitraire dans toutes décisions humaines

Les personnages aux profils bien travaillés  sont très humains  et cela renforce la proximité d’avec le lecteur qui pourra certainement s’identifier à l’un ou à l’autre  assez facilement ,toutefois l’auteur nous dépeint un héros presque parfait en Yamar n’eut été ses  déviations et déviances amoureuses. En cela, l’on sera tenté de lui dire « un toubib n’est pas un ange »

Parlant de la trame, elle est bien déroulée avec des pans de récit qui s’entrecoupent d’où l’accentuation de l’intrigue et le désir du lecteur d’aller encore dans la lecture pour dévorer les pages afin de découvrir les secrets et trouver les énigmes  de ces vies. J’avoue que j’ai surpris ma main en train de tourner des pages a la hâte ou même de sauter quelques feuilles  pour revoir l’épilogue d’une histoire, avant de revenir à la page initiale. En cela les narrations sont captivantes et la technique de l’analepse (procédé de style par lequel on revient sur un événement antérieur au récit en cours) est bien utilisée

Que dire  aussi de la succulence particulière  qui épice les descriptions  des scènes coquines et  charnellement sensibles  sinon que l’auteur n’est pas en terrain pour ne pas dire  en « lit »inconnu , tant  et si bien  il dépeint les humeurs, les humours, les nuages, les orages  et les  chutes de ces humaines précipitations . Le docteur donc Yamar se rend compte qu’en dépit de ses efforts immenses, « soigner » ce peuple, dont le corps est infecté par une nouvelle pathologie (l’Ailleurs)  relève d’une gageure, alors  il  décide d’ailleurs bien malgré lui de tenter de soigner son âme et son esprit à travers la médecine  traditionnelle  ainsi apparait dans le récit un personnage assez iconoclaste Serigne Ndiolame, un marabout  tout puissant  comme on en voit au Sénégal.

Une maligne tentation  de se saisir avec des gants de la question des religieux et de leur talibés une question bien sensible et complexe que l’auteur ne traite peut être pas sous un angle beaucoup plus  critique, sans nul doute pour ne pas froisser le caractère miraculeux du remède proposé par Serigne  Ndiogane ou pardon sacrilège ! Serigne Ndiolame.

Par contre ce qui m’a particulièrement charmé se sont les citations wolof qui traduites avec maitrise et justesse dans la langue de Molière renferment  une saveur si exquise et amusante  bref du grand art   chapeau bas !  Je retrouve l’ambidextrie d’un certain  Amadou kouroumah.

Toutefois un plaisir dilué par la rareté des dialogues  dans la narration, je ne sais si c’est un choix ou un refus mais en tout  cas je reste sur ma faim  et comme consolation je me contente du succulent brunch, de ce coup de génie littéraire  consistant  à introduire un rêve écrit et transcrit  ou plutôt un incipit romanesque dans le récit lui-même.

La moom chapeau bas !

Amadou Moustapha DIENG  journaliste culturel a Sud FM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
Follow @friCulturelle on WordPress.com

Mes Tweets

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :