Musique : VFM, rendez-vous incontournable après quatre éditions

INTERVIEW EXCLUSIVE AVEC BRAHIM EL MAZNED, DIRECTEUR DU VISA FOR MUSIC

Du 22 au 25 novembre dernier, Rabat ville lumière et culturelle du Maroc était sous les feux de la rampe. C’était à l’occasion de la 4ème édition du Visa For Music, catalogué comme étant le plus grand Salon des Musiques d’Afrique et du Moyen-Orient. Cet événement annuel qui d’ailleurs s’affirme comme une plateforme incontournable pour les professionnels de toute la chaine musicale du continent africain est placé sous le haut patronage du Roi Mohammed VI et organisé en partenariat avec le Ministère de la Culture et de la Communication et la Fondation Hiba. Dans cette interview exclusive, son Directeur, Brahim El Mazned revient ici sur cette belle fête de la musique.

BRAHIM 1

Africulturelle : La 4ème édition du Visa For Music passe désormais dans les annales des grands souvenirs de la musique africaine voire mondiale. Peut-on dire que vos attentes ont été comblées ?

Brahim EL MAZNED : Visa For Music est devenu en peu de temps un rendez-vous incontournable des professionnels de l’industrie de la musique et de la culture au sens large : marocains et internationaux, labels indépendants et majors, producteurs et diffuseurs, éditeurs et distributeurs, salles de spectacles et festivals, directeurs artistiques, tourneurs, artistes ainsi que les organismes professionnels, sociétés d’auteurs, collectivités, fondations, acteurs de la société civile, médias, etc. Il a une forte identité africaine. D’ailleurs les artistes comme les professionnels africains y sont très attachés. Je peux dire que je suis à chaque fois comblé de voir autant de centaines de professionnels d’ici et d’ailleurs présents à cette plateforme. Le nombre d’applications reçus qui est de 1042 cette année confirme également l’intérêt. A nous de bien faire pour que ce projet soit à la hauteur des attentes.

L’ensemble de ces professionnels se retrouvent à Rabat pour travailler, rencontrer les artistes ou leurs managers, assister aux concerts, showcases, et signer éventuellement des contrats d’engagement…

En matière de stratégie, nous essayons de fédérer l’ensemble des acteurs de la musique à la fois du continent et d’ailleurs à ce projet et offrons l’opportunité à l’ensemble de ces professionnels pour qu’ils viennent à cette plateforme.

Il n’y a pas d’événements sans couacs. Qu’est-ce qui à votre avis n’a pas bien tourné cette année?

Visa For Music, c’est un gros projet avec beaucoup d’attentes. Les moyens dont il dispose aujourd’hui sont encore limités mais on fait au mieux pour répondre aux attentes dans le futur. Ce projet malgré son jeune âge et ses moyens a réussi à avoir cette année plus de 1500 professionnels venus de 85 pays à la fois d’Afrique et du reste du monde.

Une rumeur avait pourtant couru au sujet de l’absence de certains artistes ou groupes d’artistes qui auraient été annoncés à cette édition ? Comment expliquez-vous cela ?

Tous les artistes annoncés dans le catalogue de cette édition étaient présents à l’exception d’un DJ qui a excusé son absence. D’ailleurs, c’est le cas des précédentes éditions. Les artistes sont très attachés à ce rendez-vous et ils font tout pour être des nôtres. Nous faisons de même pour qu’ils aient à la fois leurs visas y compris pour les artistes résidant dans des pays où il n‘y a pas de représentations diplomatiques marocaines.

VFM, le marché le plus important de la filière musicale en Afrique

Quels sont les acquis que vous êtes à même de relever après quatre éditions de ce grand Salon ?

Les acquis sont énormes. Ce rendez-vous est devenu en peu de temps le marché le plus important de la filière musicale en Afrique et s’est inscrit dans l’agenda des marchés mondiaux majeurs sur la scène mondiale. Les retombés en termes de dates de programmation  signées par les artistes sont très importants.

L’une des questions cruciales abordées au cours des différentes conférences est celle du soutien aux arts et à la culture au Maghreb et au Moyen-Orient. Pensez-vous que cette question est définitivement réglée au Maroc ?

Beaucoup d’artistes de la région MENA et du continent africain manquent de soutien et d’outils pour réaliser leurs projets. Dans beaucoup de ces pays les gouvernements donnent à ce département moins de 1% de leur budget alors que les industries culturelles et créatives sont indispensable y compris sur le plan économique. Des initiatives privées notamment des fondations et institutions nationales et internationales essayent de combler ce vide.

Pourriez-vous nous dire ce qu’a été ce Visa For Music en termes de chiffres dans ses différents aspects?

Visa For Music cette année ce sont : 1500 professionnels venus de 85 pays, 50 concerts et 400 artistes venues de 35 pays, 1042 dossiers reçus de 82 pays. 4 jours de programmations, 6 lieux. 7 conférences et 8 ateliers.

Revenons sur les différents hommages faits à cette édition. Le Visa For Music cette année a honoré quelques acteurs culturels remarquables du continent. Qu’est-ce qui a motivé l’institution de ces distinctions ? Est-ce une action qui va se perpétuer ?

Nous sommes très sensibles au travail des artistes et acteurs culturels et faisons en sorte d’honorer chaque année des personnalités majeures du continent. Cette année nous avons honoré les 50 ans du groupe légendaire du Bénin : Poly Rythmo, la diva du répertoire de l’Aïta au Maroc Khdija El Bidaouia et 2 acteurs culturels actifs en Afrique : Mamou Daffe du Mali, actuel Président d’Arterial et fondateur du Festival Sur Le Niger ainsi que Tabu Osusa, auteur, chercheur et fin connaisseur des musiques de l’Afrique de l’Est.

Quel sera votre mot de la fin ?

Ce rendez-vous est africain par excellence, j’invite les artistes du continent et d’ailleurs à déposer leurs candidatures dès janvier 2018. J’invite également les opérateurs culturels à réserver la période du 21 au 24 novembre pour être des nôtres à Rabat, « Ville lumière et Capitale culturelle du Royaume ».

Propos recueillis par Cir Raoul HOUNGBEDJI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Publicités
Follow @friCulturelle on WordPress.com

Mes Tweets

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :