Congo: Les beautés d’hylvie SOH

Minimaliste, non seulement dans le choix des couleurs mais aussi des matériaux, Hylvie SOH châtie son pinceau monochromatique sur un fonds blanc. Un personnage centré, assemblage de « la technique du griffonnage », fait figure emblématique sur la toile. A travers des lignes nées de son stylo feutre, l’artiste tisse les formes qui font jaillir la douceur et  la sensualité féminine. L’encre de chine donne une touche particulière aux cheveux de ces portraits. Au style Afro, les portraits de cette gente nous ramènent dans les années précoloniales où la tendance à l’imitation des coiffures occidentales n’était guère d’actualité.  Quelles soient aux allures rebelles, fatale ou conformiste, ces femmes donnent à voir par leurs langages corporels. Les expressions faciales laissent transparaitre l’intensité de leurs désirs. Les lèvres pulpeuses, les yeux soit fermés soit ouverts, Hylvie SOH fait ici le culte de la beauté naturelle de la Kemite.  Culte qui colle avec les  œuvres photographiques de l’artiste Camerounais Max MBAKOP TCHICAPA sur la femme kémite. Toute l’esthétique de ces créatures s’adonne à la nudité du regard pour séduire.

Noir, un hommage à la beauté africaine

Est-ce dire qu’Hylvie SOH est adepte du mouvement Nappyhair ? Ces œuvres nous emmènent à répondre par la positive. D’autant plus que l’exposition d’ une dizaine de ses œuvres est titrée « Noir ». Mot équivoque. Noir ici ne reflète ni un feedback sur la négritude, ni  une projection vers l’africanisme.

FB_IMG_15132904518564800

Hylvie SOH

L’écriture picturale d’Hylvie SOH est un hommage à la beauté Africaine.  Sa démarche de création vise essentiellement « L’art pour l’art » ! La conception platonicienne de l’Art au service du Beau mimétique, serait-ce celle dans laquelle se place Hylvie SOH ? L’Art est la belle représentation d’une chose et non la représentation d’une belle chose pour emprunter les termes kantiens. L’esprit de l’admirateur est ici garant du jugement de la portée émotionnelle et esthétique des œuvres de l’artiste.

Mariusca MOUKENGUE

Critique d’Art

Brazzaville CONGO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow @friCulturelle on WordPress.com

Mes Tweets

%d blogueurs aiment cette page :