« A la recherche du Vinyle d’ébène », nouveau documentaire de Rufin MBOU MIKIMA

« A la recherche du Vinyle d’ébène » du réalisateur Rufin MBOU MIKIMA, produit par Scotto production et Inzo ya Bizizi, est un film documentaire de 52 minutes. Havre, Brazzaville et Pointe Noire sont les villes du tournage de ce documentaire.

FB_IMG_15123059477944501

Rufin MBOU MIKIMA Credits Photo: Profil facebook Rufin

 Ce moyen métrage représente une archéologie musicale de la chanson congolaise des années 60 et 70. Au fil des rencontres et tractations pour acquérir  des vieux vinyles, avec le disquaire Aïdan CRAIK, le réalisateur à travers ses images réveille la force des mots dans la chanson congolaise. Chanson qui a bercé son enfance.  C’est un retour à la source, au Congo-Brazzaville, dans le but de remuer la mémoire d’une identité musicale. Il est donc question de ressusciter Joseph KABASSELE dit « Grand Kallé », Franklin BOUKAKA, les Bantous de la Capitale et autres dont la force de la parole a traversé les époques. Certaines séquences montrent l’équipe en pleine échange avec ceux qui représentent aujourd’hui la mémoire vivante de cette belle époque, d’autres les moments de négociation pour l’achat des vinyles auprès des archivistes et disquaire de Brazzaville, ainsi que des instants où la belle musique prend les commandes.

L’engagement artistique en question

Ce film trouve toute sa contemporanéité dans la mesure où elle met le public face à une évidence : celle de l’impact de l’engagement artistique des classiques face aux réalités socio-culturelles, engagement qui n’a pas subi l’usure du temps. Car de nos jours, des artistes comme Jolas (rappeur Congolais, vit et travaille à Brazzaville) démontre l’existence d’une relève qui ose nommer le quotidien.

L’écriture de Rufin MBOU MIKIMA est un appel au changement de mentalité, à la prise de conscience face à la situation chaotique de la jeunesse et une réflexion sur la nature et la qualité de l’héritage culturelle à léguer à la postérité.

La maison des images (INZO YA BIZIZI)

Originaire du Congo Brazzaville et détenteur d’un Master 2 en réalisation documentaire de création à Grenoble, Rufin MBOU MIKIMA est un conteur de vies à travers les images. Il a créé y a bientôt 10 ans, « INZO YA BIZIZI » (La maison des images), société de production cinématographique et audiovisuelle à Pointe Noire, au Congo. Du statut de Réalisateur, producteur, formateur, programmateur de festivals et initiateur du collectif des cinéastes congolais « To Zali »,  depuis quinze années, Rufin MBOU MIKIMA développe au fil des expériences une nouvelle vision cinématographique à travers ses œuvres. En 2013, il crée avec la cinéaste franco-sénégalaise Angèle Diabang et Patricia Courché, LES FILMS DU PAQUEBOT, société de production cinématographique et audiovisuelle installée au Havre. Et depuis le début cette année, il est fondateur et gérant de la société de production Mikaté Productions au Havre.

Depuis 2014, il occupe plusieurs fonctions dans le monde du cinéma à l’échelle internationale. Directeur artistique et programmateur du festival du film francophone de Kampala en Ouganda, coordonnateur pour l’Afrique centrale du programme de distribution des documentaires Afrique en doc TV, producteur co-fondateur de la SARL Les films du paquebot au Havre, France la liste est loin d’être exhaustive.

Il a réalisé « Tsofa », un documentaire de 51min, 2012, primé meilleur court métrage documentaire au festival Vues d’Afrique de Montréal « Tenrikyo, une tradition en toge noire », documentaire de 60’, 2006 et  « Au nom de … », court métrage fiction de 17’, 2004

 Il a produit, « Mboté » de Tshoper Kabambi, court métrage de fiction de 26’, a remporté le  Trophée francophone du meilleur court métrage en 2013, « La vie n’est pas immobile » de Alassane DIAGO, documentaire de 60’en  2012, Grand prix international aux Escales documentaires, «  La Rochelle » en 2012 / Prix Hors-frontières au festival Traces de Vies, pour ne citer que ceux-là.

 Il est co-producteur de plusieurs films dont « Kuntak », le prochain long-métrage de Françoise Ellong.

La signature cinématographique de Rufin MBOU MIKIMA est une mélodie du cœur à chanter avec l’âme !

Mariusca MOUKENGUE

Poète-Critique d’Art

Brazzaville CONGO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :