Musique: « LETTRE DU CONTINENT », NOUVEL ALBUM DE MAM J

Il vous citera Bob Marley, légende du reggae, comme il vous citera l’un ou l’autre des poètes soufis…Le grand écart ? Pas vraiment…Il est comme cela Mam J, un peu éclectique, un peu-beaucoup rasta, engagé, par civisme, mais sans aucune accointance politique, «ni à gauche, ni à droite, ni Y’en a marre», et plutôt «sentinelle». Et sans autre mouvement que celui-là : le Mouvement reggae. Il dit d’ailleurs que derrière ses dreadlocks, il est rasta, comme il est musulman, sinon Baye Fall, et sans la moindre contradiction…Et que, pour faire court, lui se contenterait tout simplement d’être Humain.

Pour les non-initiés, l’intitulé de son nouvel album, «Lettre du Continent», passerait quasiment pour une fausse piste. Il en rit d’ailleurs, avec l’air de dire que dans la bouche d’un rasta, la notion de Continent n’a rien d’étriqué, puisque celle-ci évoque tout simplement l’idée d’«une seule nation, une seule Humanité». Au cœur de sa démarche artistique, il y a l’Humain ; sans fragments, ni cloisons…

Au-delà de son côté philosophique, «Lettre du Continent», dans le fond, ce sont surtout des «questions d’actualité» comme il dit : «Blacks Blancs Beurs», histoire de rappeler à la France qu’elle a une «dette d’honneur», vis-à-vis de l’Afrique et de ses tirailleurs,  ou «Sales terroristes», contre tous ceux qui se réfugient derrière de fallacieux prétextes, ou qui se «barricadent derrière l’islam», pour commettre des atrocités.

Et vous l’entendrez peut-être dire que derrière la mendicité des enfants (il en a fait une chanson), il y a surtout beaucoup d’ «hypocrisie sociale». Car en distribuant quelques pièces de monnaie à ces gamins en guenilles, on entretiendrait le système.

L’album lui-même est assez spécial pour Mam J, puisqu’il a été réalisé au Mali, confié aux soins de Manjul, pseudonyme du multi-instrumentiste franco-malien Julien Souletie, connu pour avoir collaboré avec Salif Keïta, Amadou et Mariam, etc. Un «album live, avec un technicien et plus de trois choristes, un batteur, un claviste, un bassiste, un trompettiste…» En plus de certains instruments traditionnels africains : la kora, le djembé etc. «Si je suis allé jusqu’au Mali pour travailler avec Manjul, dit Mam J, c’est parce que je voulais que Lettre du Continent soit le meilleur album de reggae en Afrique».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Publicités
Follow @friCulturelle on WordPress.com

Mes Tweets

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :