Retour sur Ségou’Art 2016 : une première réussie.

C’est du 23 au 25 Septembre 2016 que s’est déroulé la première Edition du Salon d’arts contemporain du Mali. Artistes, critiques et amateurs d’arts se sont retrouvés afin de valoriser des jeunes artistes plasticiens.

C’est à 240 km de Bamako que s’est tenu la première édition du Salon d’Arts  Contemporain du Mali. Dénommé Ségou’Art comme la ville qui l’abrite, l’objectif est de braquer les projecteurs sur les jeunes artistes qui peinent à se faire connaitre comme l’a mentionné Bourama Diarra coordonnateur du salon dans son allocution à l’ouverture : « Ségou’Art offrira plus de visibilité et de promotion à la création des artistes du Mali et d’ailleurs, notamment à travers des jeunes artistes plasticiens mais aussi il garantira une opportunité aux amateurs d’arts de se sentir concerné par la production artistique locale ».

Dossier audio sur le Ségou’Art 2016 (par Oumy régina Sambou)

Le directeur artistique du Ségou’Art, président de la fondation sur le fleuve Niger révèle que Ségou’Art est la suite logique du Festival sur le fleuve. Après douze ans, il est temps que la composante Arts visuels de ce festival déploie ses ailes. Le bilan plutôt positif du Ségou’Art le réconforte dans sa vision qui consiste à faire exister un marché local de l’art.

Jeunes artistes comme seniors, ont salué cette initiative qui vient en son heure. A taille humaine pour le moment, ce salon est une bouffée d’oxygène pour les passionnés d’art. Ousseynou Wade, ancien secrétaire général de la biennale Dak’Art de Dakar faisait partie du jury international. Il estime que le festival a répondu à toutes ses attentes. Héléne Tissiéres, professeure et critique d’art, également membre du jury, bien qu’impressionnée  exhorte les initiateurs à redoubler d’efforts. Le projet est remarquable.

Pour les deux lauréates de cette première édition, cette initiative doit être pérennisée. Géraldine Tobé, de la République Démocratique du Congo prix du ministère de la culture du Mali estime que cette initiative  doit perdurer afin de de promouvoir les artistes jeunes qui s’adonnent à l’art. Pour Safaa Mazhir du Maroc, grand prix de la fondation festival sur le fleuve Niger ce qu’elle a le plus retenu, c’est le partage, les échanges avec des personnes venues de différents horizons.

PHOTO DE FAMILLE SEGOU ART

Photo de famille du Ségou’Art 2016

Ségou’Art c’était onze artistes seniors de six pays parmi lesquels le Bénin, le Mali, la Tunisie, la France et la Pologne, onze artistes juniors dont trois du Sénégal, l’exposition des jeunes talents du Mali et dix-sept expositions off à travers la commune de Ségou. Une initiative qui va être à pérenniser même si la périodicité reste encore à définir selon Bourama Diarra. « L’idée c’est d’en faire une activité périodique chaque année  ou sinon tous les deux ans. Faire en sorte que chaque artiste qui expose pour une édition, à la suivante qu’il ait un cadre ou un espace qui lui est dédié. Ce qui permettra de garder l’historique des précédentes éditions » a-t-il ajouté.

Il n’y avait pas que les arts visuels à ce salon qui a été suivi par le premier forum africain de la musique. Le maestro Cheikh Tidiane Seck a gratifié les participants d’une prestation avec les jeunes du programme Korê Qualité du Centre Culturel Korê Ségou.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
Follow @friCulturelle on WordPress.com

Mes Tweets

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :